Gens de la foire médiévale, tome 1 : La fille du berger des arbres, Gillian Summers

Éditeur: aDa
Genre: Jeunesse, léger fantastique
Date de parution: 1 novembre 2008
ISBN: 9782895657194

Quatrième de couverture: 
Lorsque sa mère meurt, Keelie Heartwood, quinze ans, est forcée de quitter sa bien-aimée Californie pour vivre avec son père nomade dans un festival médiéval au Colorado. Remettre en scène la période du bas Moyen Âge est pour une fille de Los Angeles le pire des cauchemars. Keelie possède un plan pour quitter le plus tôt possible cette contrée de débiles médiévaux, mais pendant qu’elle complote, d’étranges événements commencent à se produire? inquiétants et pourtant familiers. Certains des habitants de la foire ont des oreilles comme la sienne, incluant le chevalier le plus séduisant, Sean des Bois. Quand Keelie commence à voir des fées et à communiquer avec les arbres, elle comprend que son père devra lui donner des explications.

Mon avis: J’ai commencé ce livre avec beaucoup d’espoir. La couverture est jolie et colorée (malgré la bouche qui est croche, quand on a le livre en main, ça parait plus je trouve!), et en plus, je l’ai acheté au Salon Du Livre de Montréal, où un homme m’en vantait les qualités. Eh bien, j’ai hâte d’aller le revoir, ce monsieur, au Salon Du Livre de Québec… parce que c’était pas si bon que ça, et pas du tout même.

Très vite, j’ai déchanté. Dès les premiers chapitres, il y a des erreurs dans la mise en page. Keelie pense et son père y répond… À première vue sa semble correct bien que fantastique, mais je vous jure que la façon dont c’est présenté c’est vraiment bizarre. J’ai dû relire le passage 20 fois pour essayer de comprendre. Il y a également d’autres exemples que je pourrais vous donner. Des erreurs de frappes mais pas seulement, et ça nuit à la compréhension. J’ai vraiment détesté.

Autre chose aussi, tout au long du roman, le personnage principal, Keelie, est sans-cesse trempée à cause de la boue. À la 5e fois où cela lui arrive, disons que j’en avais assez. À un moment donné il faut arrêter de parler de la boue et faire avancer l’histoire davantage sans se préoccuper de ce détail futile.

En bref, je trouve que l’idée de base du roman, à savoir un monde médiéval en parallèle du monde réel actuel est très originale. Mais elle a été tout simplement mal exploitée. Le roman aurait vraiment pu être meilleur. Peut-être si je l’avais lu en version originale mon avis aurait été différent, puisqu’il y a probablement moins de coquilles et autres fautes étranges.