Insaisissables, tome 1 : Ne me touche pas, Tahereh Mafi

Insaisissable, tome 1 : ne me touche pasDate de parution: 4 octobre 2012
Nb de pages: 384
ISBN:  978-2749916514
Édition: Michel Lafon
Bande-Annonce (VO): ici

ÉvaluationÉvaluationÉvaluationÉvaluation001_16

Quatrième de couverture:
Juliette est enfermée depuis 264 jours dans une forteresse pour un crime. Un accident. 264 jours sans parler. Ni toucher personne. Alors pourquoi Adam, celui qu’elle aime en secret depuis l’enfance vient-il partager se cellule ? Et pourquoi semble-t-il ignorer qui elle est ?

L’organisme tout-puissant qui régit le monde de Juliette n’hésite pas à tuer pour asservir le peuple. Mais ce que désire par-dessus tout Warner, le fils de son leader, c’est Juliette. La malédiction qui pèse sur la jeune fille est pour lui une arme inestimable.

Seulement Juliette n’a pas l’intention de se laisser faire. Après une vie de paria, elle trouve pour la première fois le courage de se battre et de rêver à un avenir avec celui qu’elle croyait avoir perdu pour toujours…

Mon avis: J’ai commencé ce livre avec espoir qu’il deviendrait mon deuxième coup de coeur de l’année 2013. J’ai lu tellement de critiques positives de ce roman qu’il ne pouvait en être autrement! Ce n’est pourtant pas le cas, je m’explique…

Le roman commence au moment où Juliette est enfermée depuis 264 jours. On la retient captive pour une raison qui nous est longtemps inconnue.

Dès le départ, il faut que vous sachiez que je suis du genre à préférer les romans qui ont plus de dialogues que de descriptions. Alors le sachant, il est normal que ce roman ne m’est pas marquée, car il est rempli de descriptions et très peu de dialogues. Et souvent ceux-ci sont courts ! Cela ne commençait donc pas bien pour moi et ce livre !

Ensuite, je trouve l’idée globale du roman très originale. Il s’agit d’une dystopie qui est très bien maîtrisée par l’auteur. Durant les 100 premières pages il règne une onde de mystère autour du personnage principal elle-même, Juliette. C’est donc assez surprenant. Aussi, c’est très long avant d’avoir des informations sur les gens qui régissent à présent la Terre. Cela est tout de même assez agréable, puisque l’auteur ne cesse de donner de petites informations par-ci, par-là afin de nous tenter. Et le tout est assez bien réussi !

Le style de l’auteur est très rafraîchissant. À la manière de Musso, elle joue avec les style. usant surtout de barres afin d’illustrer correctement les pensées paradoxales de Juliette. C’était vraiment très agréable, quoiqu’un peu énervant au début du roman où, je trouve, il y avait un peu d’abus.

Juliette est tout à fait attachante. Nous suivons l’histoire sous son point de vue, alors ses émotions sont toutes dévoilées sans exception. Cela nous permet de nous prendre de compassion pour elle avec tout ce qu’elle vit ! Elle a eu une enfance difficile et ce n’est pas facile pour elle de communiquer, alors comment ne pas s’inquiéter pour elle!

Voilà, somme toute, ce fut une lecture agréable, mais je n’en ressors pas marquée. Mais j’ai tout de même hâte de savoir ce qui va se passer pour Juliette!

Extraits:
- « Je sais seulement que les scientifiques se trompent.

La terre est plate.

Je le sais parce qu’on m’a poussée dans le vide et ça fait dix-sept ans que j’essaye de me cramponner au bord. J’essaye de remonter depuis dix-sept ans, mais c’est presque impossible de vaincre la pesanteur quand personne n’est prêt à te tendre la mai. »

- « La lune sait ce que c’est que d’être humaine. Incertaine. Seule. Grêlée d’imperfections. »

- « La vérité est une maîtresse jalouse, perverse, qui ne dort jamais… »