La vie devant soi, Romain Gary

Récompenses: Prix Goncourt
Mon avis: 4/10
Fiche livraddict: ici

Résumé : C’est l’histoire de Mohammed, Momo pour les intimes. Un « enfant de pute ». Il vit en à Belleville, en France, dans une maison tenue par Madame Rosa. L’enfant ne connait pas ses parents et Madame Rosa ne reçoit plus d’allocations de ceux-ci depuis longtemps. Cependant, la gentille dame attachante ne congédie pas Momo. Elle s’est liée à lui.

On voit ensuite l’enfance de Momo dans cette maison hors du commun…

Mon avis :
Les premières 150 pages sont très pénibles. L’histoire est écrite comme si c’était un enfant qui écrivait. Il faut également savoir que Momo n’est pas allé à l’école, et comme c’est lui qui récite son enfance, c’est encore pire. Un peu de fautes d’orthographes répétives (ex: proxynète => proxénète, habitude => hébétude)…

Et très peu d’action dans la première partie du roman.

Cependant, j’ai tout de même réussi à m’attacher à Madame Rosa et à m’inquièter de son sort.

Durant la deuxième partie du roman, j’ai un peu plus embarqué dans l’histoire. Je me suis mise à la place de Momo et j’ai ressenti la même tristesse que lui aux mêmes moments. Il a dû passé à travers tellement d’épreuves que c’est impossible de terminer sa lecture sans ressentir un peu de compassion pour le personnage principal.

Pour résumé : je déconseille fortement ce roman aux gens en quête d’action, ce n’est pas du tout pour vous. C’est plutôt un roman psychologique.